Les études de cas

Pour rejoindre SpringFive, il faut nécessairement passer par le traitement d’une étude de cas : il s’agit d’un cas opérationnel à résoudre directement, sans aucune indication préalable, en présence d’un des associés SpringFive.

Lors de cette épreuve, le candidat ou la candidate devra analyser une problématique de façon interactive, c’est-à-dire en prenant soin de valoriser autant que possible les échanges avec son interlocuteur.

Pourquoi une telle épreuve ?

L’étude de cas proposée en entretien représente une excellente mise en situation, car elle ressemble de très près à ce qu’un consultant SpringFive rencontrera en mission. Le recruteur se met dans la peau d’un client potentiel, il exprime ses difficultés face à une problématique et attend du consultant qu’il l’accompagne vers des pistes de solution.

C’est un moyen de tester les aptitudes du candidat à réfléchir et analyser une situation comme un consultant, c’est-à-dire de manière méthodique, compte tenu de quelques éléments mis à disposition.

L’objectif est également de montrer que le candidat sait adopter une posture adaptée au métier : être à l’écoute, prendre en compte les remarques du recruteur, savoir garder son sang-froid, mais aussi adopter une tenue vestimentaire, une manière de se tenir et de s'exprimer adaptées.

La finalité de cet exercice est de réponse à la question suivante : pouvons-nous envoyer cette personne chez le client ?

1. Adopter une méthodologie irréprochable
Le recruteur est attentif à deux choses :
  • à la méthode utilisée pour répondre au problème avec un nombre limité d’informations
  • au processus de réflexion du candidat
On attendra donc une réponse structurée et adaptée au problème posé. La meilleure approche consiste à :
  • Définir et isoler la problématique de manière la plus claire et la plus spécifique possible : quel est le besoin principal du client ?
  • Collecter intelligemment l’information pour modéliser les processus opérationnels qui sont concernés en listant les grandes étapes, puis en creusant les éléments en lien avec la problématique énoncée. Un accent particulier sera mis en particulier sur les données manipulées à chaque étape.
  • Proposer des pistes de solution, qu’elles soient organisationnelles ou technologiques. Celles-ci doivent répondre aux besoins identifiés en apportant un maximum de valeur.

Le candidat ne doit pas hésiter à montrer qu’il a plusieurs pistes de réflexion possibles avant de choisir celle qui mérite d’être conservée. Partagez donc vos hypothèses et présentez clairement votre approche pour les valider avec le recruteur avant de poursuivre.

2. Démontrer un sens de l’analyse structurée

Ne vous précipitez pas. Partager une conclusion trop rapidement, sans raisonnement structuré et argumenté fera toujours une très mauvaise impression.

Schématisez. Que ce soit sur papier ou au tableau, représenter en direct les éléments clés et votre modélisation du sujet d’une manière synthétique facilitera grandement les échanges.

Ne vous perdez pas dans les détails. Votre capacité à analyser le sujet pour vous focaliser sur les parties les plus pertinentes, en passant le moins de temps possible sur les éléments annexes, fait partie des éléments pris en compte dans l'évaluation.

Restez dans le sujet. En tant que futur consultant, introduire des éléments, même passionnants, mais sans rapport direct avec le sujet traité vous fera perdre immédiatement en crédibilité. Vous pouvez garder ces idées pour débriefer une fois l'exercice terminé.

3. Savoir communiquer

Faire des conclusions partielles vous aidera à prendre du recul et reprendre votre raisonnement si vous bloquez. Vous pourrez ainsi plus facilement suivre le fil directeur de votre réflexion.

N’hésitez pas à poser des questions à l’interviewer afin d’obtenir plus d’informations sur le client, sa manière de travailler et ses besoins. Cela vous permettra dans un premier temps d’engager la conversation avec votre interlocuteur et ainsi d’avancer dans votre réflexion.

Soyez patient. Le recruteur vous posera sûrement des questions auxquelles vous n’aurez pas la réponse pour tester votre sang-froid : le métier de consultant suppose de savoir maitriser le dialogue avec le client en gardant son calme. Cet entretien est donc également l’occasion de montrer vos talents relationnels, ne l’oubliez pas !

En résumé, il faut garder en tête que votre interlocuteur pourrait être votre prochain manager. Il est donc indispensable de lui montrer votre potentiel de consultant mais aussi que vous ferez un collaborateur apprécié en étant une personne adaptable, agréable, ouverte et curieuse.